Nos parutions dans les médias

Article 17

Nord littoral le 22/08/2016

 

 

Calais : à Alter Echo, les chiens sont accueillis comme des rois pendant l’été

PUBLIÉ LE 22/08/2016

Nord Littoral

 

Marion et Mathieu Fasquelle ont ouvert leur pension pour animaux il y a deux ans. Ils accueillent quatre chiens au maximum

 

L e but est de nous occuper des chiens le mieux possible. » C’est le credo de Marion et Mathieu Fasquelle, dirigeants d’Alter Echo, un centre d’activité et de loisirs canin à Calais. Depuis près de deux ans, le couple a créé une pension pour chiens à son domicile, chemin du Premier Banc à Guînes.

1 000 m² d’espace à l’extérieur

L’idée de la pension est arrivée naturellement, après que plusieurs habitués du centre d’éducation ou de l’agility ont demandé au couple de garder leurs chiens. « J’ai répondu à la demande des clients, confie Marion Fasquelle. Les pensions traditionnelles et les chenils effraient parfois les maîtres. On souhaitait proposer un accueil différent. »

Le couple peut accueillir jusqu’à quatre chiens en même temps. Chez le couple guinois, pas question de laisser les chiens s’ennuyer durant leur séjour. « Le matin, on profite du jardin avec les chiens avant de leur donner leur repas », précise Marion Fasquelle. Les toutous ont accès à un vaste espace extérieur de 1 000 m², parfait pour se dégourdir les pattes.

Après le repas du midi, les activités varient en fonction des chiens. « On s’adapte au comportement de l’animal, ajoute Marion Fasquelle. Si le chien n’est pas sociable, on le sort seul. On essaye aussi de faire des randonnées pour leur faire profiter au maximum de leur séjour. »

La pension accueille les animaux au minimum de 8 h à 20 h « sans durée limite de temps. Nous avons déjà eu des chiens pendant quatre ou cinq semaines. »

Un essai indispensable

avant la première visite

Si l’animal découvre pour la premier fois la pension, une visite de préparation est à effectuer avec le maître. « On fait une visite à la maison pour le présenter aux autres chiens. » L’« entretien » dure une demi-heure et s’il est concluant, la pension le prend en charge pendant deux jours et une nuit. « On peut refaire plusieurs essais », rassure Marion Fasquelle. Et si tout se passe bien, l’animal pourra ensuite retourner autant de fois que son maître le désire au domicile de Marion et Mathieu Fasquelle.

 

t.d.

Article 16

Reportage télévisé sur France 3


Article 15

Nord Littoral le 22/07/2011

 

 

C'est aujourd'hui que se termine le camp d'été canin proposé par Alter Echo. L'action a réuni une quinzaine de maîtres venus avec leurs compagnons à quatre pattes pour passer ensemble « des moments privilégiés ».

L'ambiance est chaleureuse, conviviale. Les maîtres - ou plutôt les maîtresses - ont lié connaissance lundi, au premier jour du camp d'été canin, mais le groupe semble constitué depuis bien longtemps. Mais Marion Duplaquet, tout sourires, sait remplacer les bavardages par l'éducation et le comportement canins. Ce soir, ce sera la clôture du camp d'été canin, la quinzaine de participants et leurs chiens - certains ont inscrit deux compagnons  - se sépareront. « Ce sera un moment difficile, on y pense déjà », confiait hier une participante. Preuve que la semaine s'est parfaitement déroulée.

« Il y a eu une très bonne ambiance et les chiens ont pu faire des choses intéressantes, confirme Marion Duplaquet, comportementaliste et éducatrice canine. Même si les chiens ne sont pas tous capables de faire tous les gestes. » Le camp d'été était basé sur le principe d'une découverte de ce qu'il est possible de faire faire à son chien, sans parler de "dressage" mais en privilégiant la relation harmonieuse entre le maître et l'animal. Les ateliers sont avant tout des moments de plaisir, voire de jeu. « On apprend à un maître à jouer avec son chien, c'est vrai. Pour aller plus loin que le jeu de la baballe... » Comme preuve, l'atelier le plus apprécié par les chiens durant cette semaine aura été le frisbee... même si quelques-uns des chiens n'ont pas souhaité y jouer. « Quant aux maîtres, la valeur sûre reste l'agility, c'est quelque chose que tout le monde nous réclame », ajoute Marion Duplaquet. Mais la tendance est en train d'évoluer vers une nouvelle discipline : l'obérythmé, dont une démonstration a été faite hier par des spécialistes des concours professionnels.

Danse avec les chiens « L'obérythmé, c'est quelque chose que nous allons en effet développer, ajoute la professionnelle. Cela consiste en de petits gestes que le chien apprend : rouler sur lui-même, faire le beau ou marcher à reculons bien droit. Une fois qu'il sait faire ces gestes, le chien va devoir les enchaîner sur une chorégraphie en musique. Le principe est que la maîtresse danse avec son chien, en racontant une petite histoire, pourquoi... » A l'issue de la démonstration, hier, Marion Duplaquet a commencé le véritable travail : la maîtrise des gestes de base pour une technique que les propriétaires des chiens auront ensuite tout le loisir de perfectionner, chez eux. « On s'occupe souvent de chiens qui ne savent pas qu'ils peuvent se servir de leur arrière-train, explique Marion Duplaquet à un auditoire captivé. Si on les fait marcher à reculons, ils vont partir à gauche ou à droite. Le principe va être de les faire "travailler" le long d'un mur, par exemple, ou entre deux rangées de chaises, pour qu'ils apprennent à reculer droit. » Mais comme tous les autres gestes acquis au cours de la semaine, l'apprentissage s'est toujours fait en fonction du rythme du chien, de son envie de faire... ou de ne pas faire. La base d'un camp d'été canin réussi.

« L'année prochaine, on revient avec les chiens »

Ophélie et ses chiens, heureux de la semaine.

Elles ont toutes les deux découvert l'existence de ce camp d'été grâce à internet. Ophélie est venue de Lens avec deux chiens. Véronique et Alice, mère et fille, habitent Cergy-Pontoise. Elles voyagent très souvent en camping-car. Alors, tout naturellement, le véhicule a été garé cette semaine sur le terrain où se déroule le camp d'été. Mais seuls deux chiens, sur les quatre que possède la petite famille, participent aux activités. « On a passé une super-semaine, analysent Véronique et Alice. On fait des choses intéressantes avec les chiens, on sent qu'il y a du "pro" derrière ce que l'on nous apprend mais sans aucune prise de tête. L'ambiance est extraordinaire. » En découvrant ce camp d'été, Véronique a d'abord inscrit un chien. Deux mois plus tard, elle en adoptait un autre. « Et comme il restait des places, j'ai aussi inscrit le second.»

Ophélie, elle, prévoit déjà de reprendre quelques activités avec son chien à la rentrée. Le camp d'été était une occasion optimale pour un bel avant-goût. «  Je me suis inscrite en tout début d'année, et ce qui m'a séduite, c'est le fait de pouvoir passer beaucoup de temps avec le chien. Quand on vient dans un tel camp, il est évident que l'on adore les animaux. » « La semaine, c'était aussi une occasion pour se faire des amies, et sur ce plan-là non plus, nous n'avons pas été déçues. » Véronique et Alice en ont profité pour faire la promotion de leur propre association, « une structure qui travaille sur le sauvetage des toutous après abandon ou qui sont victimes de maltraitance (www.amis-des-levriers-espagnols.fr). » « Franchement, tout nous a plu, complète Ophélie, aussi bien sur le fond que sur la forme. C'est la première fois que l'on participe à un tel camp d'été, et nous sommes emballées. » A un point tel que, les deux propriétaires de chiens devenues amies depuis lundi, l'annoncent d'une même voix : si le camp d'été est renouvelé l'année prochaine à Calais, elles seront les premières à s'y inscrire.

Reconversion réussie

 Il y a deux ans et demi, la calaisienne Marion Duplaquet donnait un nouveau souffle à son orientation. « Je suis passée de la filière de la psychologie humaine à la psychologie canine », explicite-t-elle avec un grand sourire. Elle suit sa formation professionnelle, devient comportementaliste et éducatrice canine, et créé Alter Echo .

 « J'ai commencé par travailler à domicile, en me rendant en particulier chez des maîtres qui avaient une relation compliquée avec leur chien. » Puis Alter Echo obtient la possibilité de louer ses actuels terrains de travail auprès de la ville. Ces terrains jouxtent l'avenue de Verdun, entre Calais et Blériot. Cette année, Alter Echo a pu profiter d'une extension de son terrain. « Nous avons mis en place deux camps d'été en 2010, on a refusé du monde. Cette année encore, nous n'avons pas pu satisfaire toutes les demandes. On va continuer les démonstrations cet été, on remet en place nos ateliers à la rentrée. Les choses se passent très bien et je ne regrette rien. »

Alter Echo aux petits soins pour les chiens

La société propose une toute nouvelle activité de garde d'animaux à domicile

On connaissait Alter Echo pour son activité en matière de comportement animal, pour le succès de ses camps d'été durant lesquels elle propose « non pas du dressage mais un nouveau plaisir grâce à une relation de confiance entre le maître et son animal ».

Aujourd'hui, l'entreprise se diversifie avec une nouvelle prestation. «Je propose désormais un service de garde et de promenade à domicile, explique la professionnelle, Marion Duplaquet, pour que les maîtres puissent partir à la journée l'esprit tranquille en sachant qu'une personne de confiance viendra une à deux fois dans la journée promener leur chien et lui apporter un peu de compagnie.» Le nouveau service peut aussi intéresser des personnes âgées, en convalescence ou malades. « On s'adresse principalement aux chiens qui ne sont pas faits pour rester seuls toute une journée, la solitude et le manque d'activité pouvant conduire à des troubles comportementaux. » La prestation peut néanmoins s'adapter à tout type d'animal de compagnie : chats, rongeurs, oiseaux, etc.. Le service est même ouvert aux personnes souhaitant faire garder leur compagnon pendant un week-end ou des vacances. « L'animal reste chez lui, au calme, dans un endroit connu et rassurant, ce qui limite fortement le stress que peut causer une arrivée dans un endroit inconnu au milieu d'inconnus. » Cette prestation consiste pour les chiens en balades de 45 minutes en laisse ou longe sans rencontre avec d'autres chiens pour une totale sécurité. Pendant ce temps, le chien peut marcher, courir, jouer, explorer mais aussi travailler « car des exercices d'éducation et d'obéissance lui seront appris ou demandés, soulignent les professionnels, comme la marche au pied, le rappel. » Pour les autres animaux, les chats par exemple, la prestation se fera plus sous forme d'une compagnie, avec nourriture et entretien de la litière, par exemple. 

Pour tout contact concernant cette activité, Alter Echo, centre de loisirs canins, Marion Duplaquet, comportementaliste et éducatrice canine Sur internet www.alterecho.fr Et sur Facebook!


Article 14

Reportage télévisé sur Calais TV sur notre camp d'été


Article 13

Voix du Nord 20/07/2011

 

 

Les visages de l'actualité

Cette semaine, l'association d'éducation canine Alter Écho organise son camp d'été canin, sur son terrain, rue de Verdun. Une douzaine de chiens, accompagnés de leurs maîtres, s'en donnent à coeur joie. Au programme, parcours d'agility, chorégraphies, randonnées dans la forêt de Guînes, frisbee, etmême séances de massage. Des vraies vacances de chien !

PAR ARIANE DELEPIERRE calais@lavoixdunord.fr PHOTOS JEAN-PIERRE BRUNET

Vicking, dynamique cavalier King Charles de sept ans, a fait le déplacement depuis l'Oise, en compagnie de sa maîtresse Laure Saroch, pour passer cinq jours de vacances au camp canin de la rue de Verdun. « C'est la deuxième année que nous y participons car cela m'a beaucoup plu l'été dernier. Cette année, nous avons loué une maison à Blériot-Plage. Le temps est idéal pour se balader sur la plage de Sangatte, il ne fait pas trop chaud , explique la propriétaire, ravie de l'initiative. C'est aussi l'occasion de partager des moments avec Vicking, de le sociabiliser et de le faire travailler en présence d'autres chiens. » Ce qui a également séduit Laure, c'est la méthode utilisée par Marion Duplaquet, comportementaliste et éducateur canin, « une méthode positive basée sur l'encouragement et les récompenses », explique la jeune femme d'Alter Écho. Gruyère, lardons, saucisses, bouchées au foie comblent la gourmandise des compagnons à quatre pattes. « On ne travaille pas selon des préceptes traditionnels avec des sanctions physiques sur le chien », confie Laure.

Lundi matin, premier jour du camp, les participants se sont exercés au concours d'agility. En file indienne, épagneul breton, cavaliers King Charles, labrador, cocker, croisé griffon, chow- chow et deux lévriers d'Espagne, un Galgo et un Podenco, ont bravé les obstacles avec succès : montée sur le toit, saut de haies, passage dans le pneu, sur la passerelle ou encore sur la bascule, slalom entre les piquets. Le principe : monter un parcours d'obstacles et réussir à conduire son chien du départ à l'arrivée sans que celui-ci ne fasse de refus ou de bardées. « Cela permet au chien d'avoir confiance en lui mais aussi de l'occuper, fait remarquer Marion. Car un chien qui fait des bêtises manque obligatoirement d'activité. » Kaïna, labrador croisé golden de trois ans et demi, participe chaque samedi au cours d'agility et d'obéissance dispensé par Marion Duplaquet. « J'ai vu son comportement changer, note Gaëlle, sa maîtresse calaisienne. Kaïna est beaucoup plus sociable.

Elle va plus facilement vers les gens et aboie moins sur les chiens. » Jusqu'à vendredi, le programme s'annonce chargé pour les douze vacanciers et leurs maîtres : jeux canins (chien perché, chaises musicales ou encore 1,2,3 soleil...), randonnée semi-nocturne dans la forêt de Guînes mercredi soir, dog dancing, et massages selon la méthode du t-touch, pour détendre les athlètes après l'effort. •

Le camp canin est complet. 


Article 12

Nord littoral 18/07/2011

 

Alter Echo relance son activité estivale

C'est aujourd'hui que démarre un camp d'été pour les chiens et leur maître

Une relation harmonieuse entre le maître et le chien, c'est ce que propose d'acquérir cette semaine le camp d'été canin.

Durant cinq jours, dix-sept compagnons à quatre pattes et leur maître vont participer à un camp d'été canin, où ils vont "travailler" sur la relation entre le chien et celui qui est à l'autre bout de la laisse.

De manière très ludique.

Pour eux aussi, l'heure des vacances a sonné. Et c'est l'occasion de participer à un camp d'été digne de ce nom, avec activités et convivialité.

Autour des maîtres et de leur chien. Pour la deuxième année, Alter Echo remet en place ce concept à Calais, sur des terrains qui bordent l'avenue de Verdun et qui sont mis à disposition par la Ville. A la tête de cette initiative, Marion Duplaquet insiste sur l'importance du travail lié au comportementalisme et à l'éducation canine. Le camp d'été dure cinq jours sans que soit prononcé le mot de "dressage".

Apprendre à jouer 

« Nous avons changé la formule cette année, dans la mesure où nous avions proposé deux courtes périodes l'an dernier, l'une sur juillet et l'autre sur août. Cette année, nous ne faisons qu'un seul camp, mais il dure toute la semaine. » Cela va permettre d'aller plus loin dans les activités destinées à donner du plaisir autant au maître qu'à l'animal. Le concept séduit puisque le camp affiche "complet".

« Nous avions déjà dû refuser du monde l'an dernier, et notamment pas mal de Calaisiens. La raison était que notre communication s'était avant tout basée sur internet, d'où des demandes venues de la France entière. Cette année, nous avons d'abord mis l'accent sur la publicité à travers le Calaisis, ce qui fait que nous avons plus de Calaisiens qui participent cette année. Aux côtés de gens venus de Lille ou de Paris... » La durée du camp d'été va permettre de former une bonne cohésion au sein d'un groupe animé par la même volonté : celle d'avoir une bonne relation avec l'animal.

« Nous allons proposer des activités telles que l'agility, ce qui est plutôt classique, mais nous allons aussi apprendre à jouer. Il y a des jeux qui contribuent au bien-être de l'animal, qui sont un moment de plaisir pour le maître qui a suffisamment lancé une balle que le chien ramène.

» La semaine de camp d'été est aussi l'occasion pour Alter Echo de faire connaître des ateliers qui vont être développés sur le reste de l'année, telle que l'obérythme ou danse canine, déjà très en vogue dans certaines grandes villes. « Il s'agit de maîtres - ou plutôt de maîtresses - qui ont envie de danser avec leur compagnon à quatre pattes... » La semaine du camp d'été va donc être placée sous le signe du plaisir, de l'amusement même si l'approche qui est donnée par Marion Duplaquet est on ne peut plus sérieuse. « Jouer avec son chien, cela s'apprend, confirme-t-elle.L'engouement pour le camp d'été le prouve, de même que la diversité des chiens puisque nous irons du plus petit au plus gros... » Laurent GEUMETZ 


Article 11

Reportage télévisé sur France 3


Article 10

Nord Littoral 24/04/2011

l y a les parents qui emmènent leurs enfants aux parcs et il y a les propriétaires de chiens qui emmènent leurs petites bêtes au centre de loisirs.

Dimanche, seize chiens accompagnés de leurs maîtres se sont donnés à coeur joie sur le terrain situé rue Souchez. L'association Alter Echos a organisé un concours sous forme d'ateliers de jeux pour ces animaux de compagnie.

L'éducation, l'obéissance, la sociabilisation, et des exercices d'agilité. « Tout passe par le jeu », explique Mathieu Fasquelle.

Par exemple, dans l'exercice de sociabilisation, les chiens s'amusent ensemble. Le but, pour l'animal, c'est de savoir arrêter de jouer lorsque son maître l'appelle. Ou encore, savoir obéir à un autre maître que le sien, ne pas prendre spontanément un morceau de viande s'il en trouve un par terre, ou encore, savoir jouer avec des enfants sans sauter sur eux... De quoi en faire de véritables petits chiens modèles.

Pendant que les petites bêtes à poils se faisaient la compétition, les animateurs donnaient des points.

À la fin, les meilleurs chiens sont montés sur un podium. La première s'appelle Yoko, c'est une femelle labrador, elle est calaisienne. La deuxième s'appelle Azur, c'est un Malinois, elle vient d'Étaples. Et le troisième répond du nom de Tango, Calaisien comme la première. « Sur un maximum de 62 points, ils ont eu entre 58 et 60 points. Le dernier en a obtenu 37 points. Dans l'ensemble, c'était une bonne promotion. » A. V.

Le prochain rendez-vous a lieu en juillet. Alter Échos organise un camp d'été : randonnée et jeux.

Renseignements 06/87/16/35/06 marion.duplaquet@gmail.com http://www.facebook.com/alter.echo

Apprendre par le jeu Alter Echo est un centre d'éducation et de loisirs pour chiens. Il est dirigé par Marion Duplaquet, comportementaliste, éducatrice et conseillère canin.

Cette association apprend aux maîtres d'éduquer leurs chiens, mais aussi des activités ludiques, comme des randonnées, leur apprendre à attraper un frisbee, des exercices d'agilités, à contre-courant des cours de dressage.


Article 9

Nord Littoral 22/07/2010

 

Spécialisé dans l'éducation canine, Alter Echo avait mis en place l'été dernier des ateliers pour répondre aux attentes des chiens et de leurs maîtres.

Le succès était au rendez-vous, de nouvelles activités sont à nouveau au programme.

En plus des cours collectifs hebdomadaires du samedi après-midi (classe des chiots, éducation et agility), Alter Echo organise régulièrement des activités le dimanche et pendant les vacances scolaires afin que ces publics puissent rencontrer les professionnels et découvrir tout ce qu'ils peuvent faire avec leur chien pour enrichir leur relation et leur complicité. « A travers ces activités, réalisées de façon plus ou moins régulière , explicitent Marion Duplaquet et Mathieu Fasquelle, les maîtres vont s'initier à des techniques d'éducation et de travail douces et ludiques, découvrir l'agility ou le dog dancing, qui est un "sport" plus doux et tout aussi ludique. Les maîtres peuvent ainsi, sans engagement et selon leurs disponibilités, offrir à leur compagnon des activités qui vont lui apporter de l'exercice physique et mental, une vie sociale et de l'amusement, donc du bien-être ! »

Un programme chargé 

Ateliers d'une heure et demie : découverte de l'agility ou du dog dancing (3 euros).

Rando-chien de deux heures pour marcher en groupe, travailler la socialisation et faire des pauses éducatives avec jeux (3 euros).

Défis'dog pendant les vacances de Pâques, une après-midi de concours divers ouverte à tous avec podium et cadeaux (7 euros).

Day dog, soit trois heures de jeux canins pour s'amuser tout en travaillant l'obéissance et le mental de son chien (10 euros).

Camp d'été canin de cinq jours la semaine à partir du 18 juillet avec de nombreux ateliers pour tout découvrir et s'initier à toutes les activités (80 euros).


Article 8

Interview de la Radio RDF


Article 7

Nord littoral 22/07/2010

 

Le stage canin organisé par Alter Echo sur le terrain d'agility situé rue de Verdun et aux abords de la rue Souchez de Blériot-Plage a rassemblé quatorze chiens et leurs maîtres pour plusieurs jours d'exercices.

La comportementaliste, éducatrice et conseillère canin Marion Duplaquet a créé Alter Echo afin d'apporter aux propriétaires de précieux conseils tant sur les attitudes et le caractère qu'il faut savoir décoder mais aussi dans le but de renforcer une complicité génératrice de bien-être. Et quoi de plus bénéfique qu'un stage où maîtres et chiens apprennent ensemble à se connaître et à se perfectionner tout en s'amusant lors d'exercices d'agilité et d'obéissance.

La communication par la douceur 

Diplômée d'une maîtrise de psychologie humaine, c'est pourtant auprès des chiens, par passion, qu'exerce l'éducatrice avec Mathieu Fasquelle. « Pas question de mettre une quelconque pression à nos compagnons à quatre pattes, on est là pour se divertir !

» soulignera Marion Duplaquet.

Pas besoin non plus d'aboyer pour se comprendre, la pédagogie axée sur la communication par la douceur permet d'accomplir bien des miracles. Un mot, un geste et une caresse transforment souvent les plus capricieux en dociles compagnons. Frisbee, agility, méthode du cliqueur pour faciliter le rappel, dog-dancing où sur une musique les chiens apprennent de petits enchaînements, séances de massage ont été au programme de ce premier stage qui s'est achevé le 21 juillet par une randonnée matinale vers Sangatte.

Le prochain stage est prévu du 9 août au 12 août. Pour tout renseignement : le site internet www.alterecho.fr ou au 06/60/45/19/16.

Pascaline LEMAIRE

interview de particpants

Stéphane renaud et vanille

« On éduque notre chien en douceur » « Vanille est une habituée des lieux puisqu'elle participe tous les samedis à un cours. C'est une chienne peureuse et être au contact d'autres chiens la sociabilise car ici on éduque en douceur. C'est un véritable moment de détente que nous partageons. Et le fait de se retrouver entre passionnés donne une dimension supplémentaire. Pour ce stage, mon épouse et moi nous nous sommes relayés. »

Laure Saroch de Compiègne et Viking 6 ans et demi 

« Je suis monitrice à l'école du chiot du club canin de Compiègne. Lorsque j'ai eu connaissance de ce stage, je me suis mise en quête d'un hébergement dans la région car il n'est pas toujours facile de trouver un endroit qui accepte les chiens. Au final, j'ai eu la chance de trouver un gite à Nielles-les-Ardres et ma petite famille et moi-même sommes venus passer y une semaine. Pendant que je m'amuse avec Viking, ils en profitent pour visiter Calais et les alentours. Je suis loin d'être déçue. J'ai découvert plusieurs disciplines et puis ce stage c'est comme une petite piqure de rappel pour éviter les mauvaises habitudes ».

Anouck Vaillant de la région parisienne et Biscotte

« Ce stage est très intéressant, je suis d'ailleurs prête à renouveler l'expérience. Il est riche d'échanges et les exercices sont variés. Je suis venue spécialement pour y participer avec Biscotte car trouver un stage canin en France n'est pas si facile.

Cela a été l'occasion de visiter la région que je ne connaissais pas d'ailleurs et j'en suis ravie ».

Article 6

Nord littoral 19/07/2010: "le centre d'été cann une première"

 

Des particpants de la france entière à calais dès aujour'hui

C'est aujourd'hui que démarre pour la première fois à calais un camp d'été destiné aux compagnons à quattre pattes. AlterEcho, structure de d'éducation et de comportement pour chiens, lance cette initiative qui va concillier amour des animaux et tourisme.

 

"Des camps comme celui-ci, ce sont des choses qui se développent en france, et nous tenions à en mettre un en place", résume la professionnele, Marion Duplaquet. Plus qu'un atelier de d'éducation ce camp est un moment durantlequelle chien va être habitué à obéir pour faire plaisir à son maître plus que par la force verbale, ou la peur ou la punition.

 

"le chien va aborder tout cela un peu comme un jeu" divers excercices vont être mis en palce durant ce camp d'été qui va se dérouler sur quatre jours, avec mini compétitions et concours durant la dernière journée. Il est possible de participer à l'intégralité du camp ou uniquement à la journée du jeudi qui sera le point final de cette première calaisienne.

 

"Nous avonsdes participants  qui viennent d'un peu partout, les plus éloignés d'alsace pour participer à ce camp. Ils vont également en profitier pour faire du tourisme à calais" L'ambiance sera avant tout une ambiance conviviale, avec pîque nique pour les maîtres

"tous les chiens quelle que soit  leur race, peuvent participer aux divers ateliers: "agility, dog frisbee, initiation massage,obédience, clicker training" en plus des exercices haituels, les chiens seront mêmes amenés à particper à de l'obérythmée, qui mélange obéissance, fantaisie, trucs, jeux, (avec la danse dans un second temps) et un peu de sens artistique

Pas du tout pour en faire des chiensde cirque , mais pour resserrer le couple maîtres-chiens.

 

Le camps d'été à lieu sur le terrain d'AlterEcho, rue de verdun. Et un second camp sur le même principe, est organisé le mois prochain du 9 au 12 août, pour tous renseignements ou inscriptions www.alterecho.fr


Article 5

 

Calais Mag du mois de juillet

 

Avis aux amoureux des chiens ! 

Du 19 au 23 juillet se tiendra le premier camp d’été canin rue Souchez. Sur 4 jours les couples maitres chiens travailleront une multitude d’activités : clicker, obédience, obérythmée, dog frisbee…

Une deuxième session du camp d’été canin se déroulera du 9 au 13 août 2010.Renseignements : www.alterecho.fr ou le 06 60 45 19 16


Article 4

Nord Littoral 16/07/2010: "camp de vacance et clicker trainning"

Les vacances, c'est pas fait pour les chiens, pensez-vous ? Eh bien, détrompez-vous ! ...

En juillet et août, vous et votre plus fidèle compagnon pouvez partir en « camp d'été canin », organisé par Alter Écho. Une première à Calais. Au menu : randonnées, agility, frisbee, et croquettes à volonté !

 

« Nous n'en avions jamais organisé auparavant, explique la jeune éducatrice. Il s'agit en fait d'un stage intensif de quatre jours au cours duquel les maîtres et leurs chiens se retrouvent pour travailler une multitude d'activités, le tout dans une ambiance décontractée et amusante. » Certains maîtres viennent de la Picardie, la région parisienne et d'Alsace.

Randonnée nocturne

 

Marion animera l'atelier éducation, avec une méthode qui lui est chère : le clicker (lire ci-dessus) tandis que son ami Mathieu s'occupera des ateliers sportifs comme les exercices d'agility ou encore le dog frisbee. Grands ou petits, à poils courts ou longs, de race ou croisés, tout le monde est le bienvenu au camp d'été canin. « On prévoit aussi de faire une randonnée nocturne. »Histoire de se dégourdir les pattes entre deux cours. Elle est pas belle la vie... de chien ?

Camps d'été canins, du lundi 19 au jeudi 22 juillet et du lundi 9 au jeudi 12 août, de 9 h à 12 h et de 14 h à 17 h, sur le terrain, situé rue de Souchez (après les jardins ouvriers du Fort-Nieulay). À noter : le camp d'été canin de juillet est quasiment complet. Au terrain d'éducation clos d'Alter Écho, rue de Verdun. Tarif : 45 E le camp d'été canin de quatre jours, sans les repas pour les maîtres. Possibilité de se restaurer sur place (barbecue...) : + 8 E. Inscriptions au tél. 06 60 45 19 16 ou sur www.alterecho.fr

Le clicker,le boîtier à la mode

 

alterecho alter echo marion duplaquet fasquelle éducation éducateur dressage chien chiot agility clicker calais pension dogsitting morsure comportementaliste comportement aboiement destruction agility frisbee rando chien 62100 calais obérythmée marche en laisse

Faire obéir son chien à l'aide d'un petit boîtier (le clicker) qui fait clic-clic est une méthode d'éducation qui fait fureur aux États-Unis depuis une quinzaine d'années. Elle gagne du terrain en France avec de plus en plus d'adeptes. Marion Duplaquet d'Alter Écho, comportementaliste et éducatrice canin diplômée, en fait partie. Cette jeune femme, qui « aime les chiens », propose un dressage «  sans cris, ni violence ou douleur. » Sa méthode est basée sur le jeu et le plaisir. Aucune contrainte pour le chien. « Il n'a pas de collier, ni de laisse. On fait travailler l'intelligence du chien ». L'entraînement avec le clicker se pratique avec un petit boîtier en plastique, muni d'une languette métallique. En appuyant puis en relâchant cette languette, un son bref et net est émis.

Pour apprendre un exercice à son compagnon, le maître déclenche ce clic à l'instant précis ou le chien adopte l'attitude désirée pendant la séance de travail. « L'animal va vite apprendre que ce bruit indique un bon comportement », explique Marion Duplaquet. Au début, le clic est toujours suivi d'une récompense (une gourmandise, un jeu, une caresse...). Aux yeux des disciples du clicker, le chien apprend plus vite et de façon plus efficace. « J'ai beaucoup de femmes dans mes cours. On peut dresser son chien sans avoir recours à la force. Pas besoin d'être musclé », assure l'éducatrice. Enfin, le clicker est beaucoup utilisé dans les compétitions canines (dog dancing...).

 


Article 3

Nord Littoral 01/06/2009: "La calaisienne Marion DUplaquet décode les caprices canins"

 

 

 

Une comportementaliste canin, ce n'est pas commun. À 25 ans, une jeune Calaisienne s'est lancée dans l'aventure. Elle part à la rencontre des maîtreset de leurs chiens dans les foyers du Calaisis.  

 

Décoder son compagnon à quatre pattes n'est pas toujours évident. Marion Duplaquet est là pour aider les maîtres à comprendre leur animal, et donc à trouver les solutions. Un diplôme d'une école spécialisée en animaux domestiques (ACCEFE) en poche, elle se lance et crée son entreprise : Alter écho. «  J'ai suivi les cours de cette formation privée par correspondance, et j'ai eu mon diplôme en septembre 2008 », explique la jeune femme.

Comment a-t-elle connu ce métier ? «  Je regardais "Au secours mon chien fait la loi", sur M6, confie Marion. Et puis j'ai toujours travaillé avec les chiens. » Après quatre ans d'études en fac de psychologie, elle se tourne vers cette branche car «  j'ai vu qu'on pouvait allier comportement et animal. C'était une voie à explorer. » En quoi peut-elle aider le maître ? «  J'étudie tous les comportements que le propriétaire de l'animal trouve gênant. » Et les décrypte. «  Je me déplace à domicile, je pose beaucoup de questions. » Mais elle prévient : «  Ce sont surtout les propriétaires qui ont en main la réussite de la thérapie ».

Pour destruction, malpropreté, aboiements, agressivité sur les inconnus (y compris la poursuite du facteur !), une dizaine d'animaux sont passés entre les mains de Marion, «  du yorshire au rottweiller », à domicile ou dans des endroits publics.

Des rando-chiens et une classe du chiot

 

La jeune femme ne compte pas en rester là et organise déjà des rando-chiens, chaque dimanche, «  pour permettre au chien d'avoir un lien social. » Quant à la classe du chiot, c'est un souhait de Marion. «  Le but est d'accueillir des groupes de chiots, pour les sensibiliser entre eux et entre humains. » Marion est prête à organiser également des ateliers prévention morsures à destination des enfants de 4 à 7 ans.

Quelques tarifs : ils sont de 3 E pour une rando chien éducative et de 15 E pour une séance éducation. •

 


Article 2

Nord Littoral 14/04/2009: " Un nouvel espace consacré aux chiens"

 

A l'occasion de l'ouverture officielle du terrain d'agility le 17 avril, Marion Duplaquet, comportementaliste, éducatrice et conseillère canin et créatrice de la société Alter Echo est venue délimiter le terrain proposée par la mairie de Calais ce dimanche.

Situé rue de Verdun aux abords de la rue Souchez, l'espace consacré aux chiens est de 600 m² où ils pourront participer à des exercices d'obéissance par le rappel et des randonnées avec le franchissement d'obstacles. 

 

   Diplômée d'une maîtrise de psychologie humaine , elle a étudié le comportement et la psychologie du chien par passion du monde animal. Elle aide les propriétaires soucieux du bien être de leur compagnon à décoder leur caractère par des conseils soit lors de cours à domicile ou en extérieur. Pour fêter l'ouverture, elle organise un Défi-Dog où maitres et chiens participeront à des épreuves ludiques afin de tester le caractère, les aptitudes du chien et renforcer la complicité avec leur maitre au tarif de 3 euros. Une remise de cadeaux exclusivement pour nos amis à quatre pattes et un gouter achèveront l'inauguration.

 

   Pour tout renseignement le site internet www.alterecho.fr permet de trouver des informations et de contacter la comportementaliste pour les nombreux services proposés: cours particuliers, classe du chiot , rééducation canine et bien d'autres encore.

 

Pascaline LEMAIRE


Article 2

Nord Littoral 02/04/2009: "Tous sont des dangers potentiels"

 

Marion Duplaquet, calaisienne, est comportementaliste pour chiens 

« Tous sont des dangers potentiels » 

jeudi 02.04.2009, 14:00 

Alors que plusieurs enfants sont victimes d'attaques de chiens depuis quelques jours, Marion Duplaquet s'est installée à Calais pour venir en aide aux propriétaires de chiens inquiets du comportement de leur animal

À part l'amour pour les animaux, rien ne prédestinait vraiment Marion Duplaquet à devenir comportementaliste pour chien. « J'ai d'abord suivi des études en psychologie pour enfants », souligne cette jeune calaisienne de 25 ans, fraîche chef d'entreprise.

 Elle vient de créer "Alter Echo", une auto-entreprise chargée de traiter les troubles du comportement et de la relation homme-chien.

 

Une installation idoine à un moment idoine alors que le problème des chiens méchants revient douloureusement à la surface. Qu'en pense-t-elle d'ailleurs ? « Cela me fait poser la question sur la façon dont les chiens ont été éduqués et sur leur façon de vivre, explique la jeune femme. Tous les chiens sont potentiellement dangereux, il faut que les propriétaires le comprennent. » C'est là qu'elle intervient. Maillon essentiel quand il s'agit de rassurer les propriétaires inquiets. « Lors de ma formation, on m'a par exemple appris à entrer dans la cage d'un chien mordeur, à amadouer l'animal, à ne pas lui communiquer ma peur. » Et face à la bête, « la taille ne fait pas tout ».

 

Depuis quelques semaines, elle est intervenue à deux reprises. À Balinghem avec un croisé Labrador / Rottweiler. « Les p ropriétaires venaient d'avoir des jumelles et ils s'inquiétaient des réactions de leur animal. Il avait un comportement anormal quand il sortait dans la cour. Je me suis déplacée chez eux, j'ai vu le chien. Je leur ai donné plein de conseils et ça va beaucoup mieux. » Ensuite aux Attaques pour un Labrador d'un an et demi « qui tire sur sa laisse comme un malade quand il est en promenade ». Dans ce sens, elle envisage de créer prochainement l'école du chiot. « Tout commence quand l'animal est petit, souligne Marion Duplaquet. C'est dans les six premiers mois qu'il faut leur inculquer les bonnes bases ».

Bientôt une école du chiot 

Pour éviter que des drames arrivent, il est important pour les propriétaires de comprendre les comportements de leur animal. « Je leur distille des règles de sécurité et sur la façon de se comporter pour éviter au maximum ces accidents. Mais il ne faut pas faire d'amalgames. Il n'y a pas vraiment de chiens dangereux. Celui qui mord le plus selon les statistiques reste le Labrador ». Après, il y a plusieurs façons de mordre. « Les molosses quand ils mordent sont programmés pour ne pas lâcher. C'est là que ça fait le plus de dégâts. Après il y a des chiens comme les caniches qui mordent et qui s'en vont. Mais sur un enfant, ça fait autant de dégâts voire plus. » 

Que faut-il faire alors ? 

Depuis la loi de 2008, les propriétaires de chiens classés dangereux doivent obtenir une attestation d'aptitude à la détention. Une bonne chose pour les professionnels. « Mais dès que le chien est agressif ou qu'il a un comportement étrange, il ne faut pas hésiter à en parler. » À son vétérinaire ou à une spécialiste dans le comportement animal. « S'il fallait donner des conseils aux gens, c'est vraiment de ne pas attendre. Tout comme il faut réagir dès la première morsure parce qu'après il est trop tard. » Les récents accidents - souvent mortels - ont également démontré qu'il faut éviter le plus possible les effets de meute. « Il y a un effet de groupe et les chiens se surexcitent mutuellement, explique Marion. C'est d'autant plus vrai qu'ils sont enfermés dans un espace réduit. » 

Enfin, elle prévient : « Il faut faire attention à la provenance de votre chien. Quand il arrive des pays de l'Est, suite à un trafic, il arrive forcément avec des carences. Ils ne sont pas habitués aux milieux urbains. C'est là que le drame peut arriver ». 

Vincent DEPECKER 

Journaliste Nord Littoral